Nicki Minaj montre son cul dans le clip Anaconda

Nicki Minaj montre son cul dans le clip Anaconda

Ci-dessus, vous avez l’honneur de lire un titre putassier uniquement dédié au SEO dans le but peu respectable de ramener un maximum de visiteurs depuis Google sur cet humble blog laissé à l’abandon. Quoi de plus facile quand on travaille sur Internet de lâcher quelques mots pour participer à un buzz ? Rien, c’est pour cela que je ne me prive pas de broder des phrases sans réel intérêt pour que les robots trouvent les mots Nicki Minaj et Anaconda associés et ainsi mettre ce post pas trop loin des premières pages des moteurs de recherche.

Chaque jour, Google m’envoie une vingtaine de personnes, mais la courbe redescend et je sentais qu’il fallait un nouvel article pour contrer ce désintérêt. Chose faite avec cette compilation de GIFs créés par mes bons soins et présentant dans l’appareil le plus simple la courbée et plastiquée Nicki Minaj. Vous pourrez aussi aller voir les GIFs de Fier Panda, mais ils sont moins bien.

Coucou, semble nous dire Nicki.

Certains matins, on n’a pas trop envie de se lever.

Le string est-il le sous-vêtement adéquat pour pratiquer la gym ? Débat.

Le sport est une vertu, clin d’œil complice.

Flatter ainsi une demoiselle n’est pas de bon aloi.

Préparation H apaise la douleur.

Palper des liasses < palper des culs, voilà le message que nous prodigue Nicki.

Donnez-moi des pantalons à ma taille, semble-t-elle nous dire.

Nicki Minaj, fière porte-parole du dépistage du cancer de la prostate et du plaisir anal masculin.

Voilou, c’était pour gratter des clics et des likes. Je vous laisse avec l’intégralité du clip et la douce musique qu’il sert à illustrer.

Publicités

Jessie Andrews de retour pour du rimjob

Jessie Andrews de retour pour du rimjob

Des mois que la petite amie du porn n’avait pas pointé le bout de son nez dans une scène fraîche. Jessie Andrews avait abandonné les marathons de pipes baveuses pour se rapprocher de la gent féminine et parcourir les courbes de ces consœurs de ses petits doigts agiles. Elle apparaît pour EroticaX et Mason (qu’elle a bien connue à l’époque Elegant Angel) dans une complicité moussante de salle de bains en compagnie de Sovereign Syre.

Mis de côté les bracelets et autres mixtapes électro. Elle se concentre sur le rimjob et le cunni, deux nobles activités qu’il est important de pratiquer 30 minutes par jour selon l’INPES. L’esthétique du film se place dans la tendance du mouvement classe du porn : éclairage au spot, body transparent, champagne et maquillage léger malgré les faux cils. Rajoutez un peu de poil pour faire bonne mesure et la magie devrait opérer. Jessie et Sovereign sont deux professionnelles, elles sauront feindre la passion et se frotter selon les canons du genre, aucune crainte à avoir.

Tout débute dans une baignoire, ça se touche avec des bulles tout en veillant à préserver la flore vaginale de chacune. Une cystite arrive vite quand savon il y a. Avertissement utile aussi pour les garçons. Par contre, il n’en est pas de même pour la langue de Jessie. Quand elle pénètre la bouche de sa collègue, rester impassible tient du miracle et le flot des pensées se déverse en vague au fond des culottes.

Une fois l’ouverture humide terminée, les deux comparses se retrouvent dans une chambre d’hôtel pour s’échanger de longs baisers (et autres). L’ambiance est plus sèche, ça cherche le plaisir comme de l’or dans le Yukon, les techniques vues et revues n’empêchent pas les regards de s’énamourer sous les puissantes vibrations provoquées par la machine humaine. Jessie privilégie le rimjob, comme si avant le match, elle avait gagné le toss. Pile chatte, face anus.

Ici s’arrête l’expertise, on rentre dans l’intime, le goût de chacun. Je ne vais pas vous dire, c’est super ou c’est tout pourri. Devant du porno pro, chacun se focalise sur ce qu’il aime et fourre dans sa besace à phalanges qui une hanche gironde, qui un pli de ventre, qui une lèvre mordue. On tente de trouver ce qu’on était venus provoquer, l’étincelle qui enflammera la mèche du désir. Chacun cherche son tag et Jessie nous aide bien.

Boulangerie érotique

Boulanger d’internet, je me lève à pas d’heure pour préparer la pâte des tweets qu’on utilisera dans la journée. Parfois, il m’arrive de m’endormir dans le pétrin et je me réveille ensuqué par la moiteur de certaines vidéos venues de l’Est. Je tarde alors à ouvrir le magasin pour les distribuer aux bonnes gens, histoire de finir ce que j’avais commencé. Voilà pourquoi, je balance toujours mes liens trop tard sur Twitter.

Le pâtissier Roman Suharevskiy n’a pas participé au Meilleur pâtissier de France, vu qu’il vit en Sibérie, à Novosibirsk (la ville des twerkeuses de l’Ob). Pour cette épreuve libre, il est parti sur un croquant-craquant sensuel et élégant avec beaucoup de coulis. La source lumineuse est unique, comme le style, on caresse alors l’idée qu’il existe au-delà de l’Oural un paradis protégé où les créatures les plus douces se laissent approcher si on porte un EOS en bandoulière.

La femme du boulanger s’ennuie, mariée trop jeune, elle se retrouve à me réveiller à 4 heures du matin. Je maugrée, puis me lève sans un câlin, une attention qui la ferait m’aimer un peu plus. Pendant que je pèse les levures pour les bâtards, elle se recouche ma douce et rêve à un berger, jeune et mieux formé, qui lui fera vivre la passion et l’amour dans les marais. Elle est belle la femme du boulanger sous sa moustiquaire, j’aurais dû lui murmurer cet agaçant bourdonnement plus souvent, celui du mari épris.

Une boulangerie vient d’ouvrir, elle propose du pain bio, avec des bons grains d’une minoterie artisanale. Les clients sont de plus en plus nombreux et pour les avoir goûtés dès le début, les produits qui sortent du fournil gagnent en qualité à chaque fois. Les 3 minutes du dernier Lucie Blush sont comme croquer le quignon en rentrant chez soi, il faut se contrôler pour ne pas tout finir avant d’arriver.

Dans la boulange, les industriels font du pain triste, de la baguette molle qui rend malheureux quand on en fait des tartines pour le petit-déjeuner. Certains, comme Paul, proposent pourtant une belle mâche et de la mie câline. Mais il y a les autres, ceux qui ont les mêmes fournisseurs et qui se débrouillent pour sortir du pain qui finira dans une mare pour les canards ou sur un balcon pour les pigeons. C’est le cas de ce pauvre Jan, jolie fille, chouette musique, bon matos et au final, on se retrouve avec du vulgos sans intérêt et mal monté.

Autre cas, les maîtres-artisans, les meilleurs ouvriers, au détour d’une tentative d’innovation, se plantent et amènent en rayon une miche à l’encre de seiche complètement ratée, sans goût, trop aérée et qui transpire. Saïd Energizer vient de nous faire une débandade qui mériterait qu’on lui retire le beau col tricolore de sa blouse blanche. Il se repose trop sur ses acquis et le produit fini ne vaut pas grand-chose. C’est aussi le danger d’adapter son travail pour les grandes enseignes.

Déluge de vidéos avec des filles tout nues

Déluge de vidéos avec des filles tout nues

Plusieurs semaines que j’avais lâché la veille vidéo, mais je trainais toujours un peu sur mes listes Twitter, entre fumeuses de ganja américaines et défaillantes en orthographe françaises. Quel bonheur de retrouver la créativité de quelques bonshommes (malheureusement peu de femmes dans le game vidéo arty/sexy/pornish, si vous avez des liens, je prends) quand ils se retrouvent face à de jeunes femmes étendues dans des draps frais baignés de lumière naturelle ou des canapés de cuir dans des appartements cossus.

Voici une petite collection de ce que Vimeo à offrir de plus dénudé, sensuel et excitant (mais pour combien de temps encore).

La rousse Marion ne laissera personne indifférent malgré son 36 et sa fâcheuse tendance à se tortiller sans arrêt. Alexandre Cicconi bosse à Paris et la séance de 2 heures ne coûtent que 200 euros, une belle opportunité à saisir.

Zarina la joue différemment, elle préfère passer son dimanche sur le canapé à ne rien faire devant le Tour de France. Puis après le sprint final, elle monte sur les toits et domine la ville du haut de ses talons et de la fraîcheur de ses mouvements épurés. Zarina, elle a l’avenir devant elle et rien pour l’arrêter.

Miss Kacie Marie, j’en avais parlé précédemment sur le Tag, démontre comment les New-yorkaises aux hanches larges doivent se balader avec style sur la plage. Forcément, sur la côte ouest, les filles ne marchent pas pareil, elles courent et portent le maillot une pièce avec une bouée rouge pour sauver les gens. Un autre délire.

Anton Isaev, surnommé le semeur de seum ou bien l’enfoiré des rives du Dniepr par les fappeurs géographes frustrés, revient avec la très fine (trop ?) Kris Strange dans un clip qui fait mal à la tête, à la bite et au moral. Pour une fois, il nous laisse fantasmer à l’aise, sans coller sa main dans le paysage du corps nerveux de la gymnaste bizarre. Pour l’instant, Isaev rate rarement sa cible et on pourrait le voir bientôt en découdre avec le porno dont il est si proche.

A Prague, la finesse n’est pas de mise. On fait dans l’effeuilleuse en silicone qu’on ramène dans sa suite, une GoPro vissée sur la tête comme un blaireau. Choze Lorenzo se trouve à deux doigts de prendre un carton avec cette vidéo pas terrible, mais qui aura sans doute ses enthousiastes.

Gros grain, clair-obscur, lunettes de soleil et plume sur les côtelettes, le réveil est brusque, la rêverie terminée trop vite.

Rap et New York, rien à voir malheureusement avec l’annonce d’un nouvel album des De La Soul sur le label Tommy Boy, il ne s’agit que de Mercedes et ses grandes bottes qui viennent te piétiner le mojo en plein apéro sur ta terrasse. Ses tatouages t’enflamment, elle a tout prévu et ne se déplace jamais sans son extincteur, prête à te le vider en pleine gueule si tu lui manques de respect.

Pendant ce temps, Jacques (le magazine pour hipsters à la nouille gourmande) poste des fellations sans pression et ne subit aucune censure. La connivence est de mise sur Vimeo. Ou bien tout le monde s’en balance de leurs vidéos à la con.

Chris Vongsawat filme davantage pour la fashion, des trucs chelous, pas vraiment sexy, mais parfois il s’accorde une respiration et revient aux sources avec une fille qui se déshabille devant une fenêtre. Sans doute la plus belle invention de mise en scène depuis le claquement de porte dans le théâtre de boulevard.

On termine avec la meilleure vidéo signée Rimmel Cadogan (encore un mec), qui présente la sublime Jori et ses beaux yeux bleus. Body, bijou de tête et tatouage chinois signifiant « porc au caramel », Jori m’a fait glisser sur le toboggan du désir à l’Aqualand des amours impossibles. Arrivé en bas j’étais tout mouillé, mais heureux. Modèle professionnel, elle sera à Paris du 1er au 10 novembre. Chers amis photographes, je lâcherais des ronds pour arranger une séance si j’étais vous.

Vidéo et souvenirs 1

C’était une belle journée, t’en souviens-tu ?

J’avais trop chaud comme toujours et tu ne jurais que par l’exposition aux néfastes rayons du soleil. Tu m’avais contraint à la balade aux mauvaises heures du midi. Les Brésiliennes aiment ce type de contact charnel, il faudra m’y habituer. Tapi dans l’ombre, je te laissais déambuler, t’allonger sur la pelouse ; je t’observais de loin, assis sur un banc abrité par un tilleul. Il était en fleurs et dégageait dans l’air lourd de chaleur son parfum, mon favori entre tous. Oui, le tilleul sent meilleur que le jasmin. Je me noyais dans cette délicieuse odeur, tout en m’agrippant à toi par le regard.

Plus tard, le soleil affleurait l’horizon, tu avais mis ton body noir, jouant en transparence, et un short plutôt mimi. Le parc vidé de ses familles pique-niquant, tu décidas de faire profiter la nature de ton accorte nature. Puis nous rentrâmes, le pas pressé. La lumière rallumée, je t’observais à nouveau. C’était une belle journée.

Modèle : Victoria Peagno

Vidéo : Haruo Kaneko pour Hardcore Magazine