Teen MILF, le choix des vainqueurs

Les rédacteurs de Menly.fr sont doués. L’un d’eux, Nicolas Deparcy lançait, le 11 avril 2013, une question que chaque homme se pose avant de se débarrasser de sa gaule matinale. Milf ou Teen, que choisir ?

La forme interrogative est absurde, puisque même une petite Mexicaine a trouvé la réponse :

Eh oui, il fallait y penser. Pourquoi pas les deux ? Pas la peine de disserter des heures inutilement. Les deux ont des avantages et bien outrecuidant le gentleman qui favorisera l’une à l’autre. À l’heure du mariage pour tous, je refuse de cautionner une quelconque discrimination dans la sexualité.

Mon choix est donc fait : je couche avec une Teen Milf, une #TMILF. Le compromis idéal se rencontre à la sortie d’un lycée ou en L1 à la fac. Il s’entend que votre TMILF est majeure.

Enceinte de bonne heure, la TMILF prendra plusieurs années de maturité en accouchant. Les discussions centrées sur les One Direction ne l’intéresseront désormais que modérément. Vous pourrez échanger à loisir sur les différentes offres de crédit immobilier. La TMILF soutiendra ces conversations comme une MILF, mais avec une fraîcheur corporelle et une élasticité de peau incomparables. Pas besoin d’en rajouter, la mère-fille, comme il se disait dans les années 30, est une partenaire idéale. De bonne compagnie, elle ravira l’homme d’affaires, comme le graphiste Web.

La TMILF, voilà le choix du prince. Et le choix de James Deen, lui-même.

En ce moment, aux États-Unis, Farrah Abraham défraie la chronique. Star de l’émission de MTV sur les adolescentes enceintes, la jeune femme de 21 ans se trouve au milieu d’un nouveau scandale de sextape. Une sextape, qui n’en est pas une, vu qu’il s’agirait d’une vraie production porno. De toute façon, la lumière n’est pas faite sur cette histoire. La sextape existe-t-elle ? On ne sait pas vraiment. L’essentiel reste que cette Farrah Abraham, petite-fille du prophète, me permet d’illustrer mon nouveau choix de vie : je baise avec une Teen Mother I’d Like to Fuck.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment bien lui faire l’amour ?

À peine quelques heures que le blog est lancé officiellement et déjà le succès pointe le bout de son nez fripon. Des clics en rafale, de la page vue à ne plus savoir qu’en faire. Fantastique ! Merci à vous.

Ce blog ne s’adresse pas seulement au gars. Je m’arrange pour que les filles trouvent leur compte dans ces lectures sexo. Pas de discrimination ! #SexoPourTous

Nathalie l’a bien compris et elle m’a adressé un mail (lesaintsernin@gmail.com) charmant qui trahit une timidité touchante.

Question de Nathalie

Ma chère Nathalie, voici une réponse toute simple à ta question de savoir comment satisfaire son homme au lit : suce-le.

Beaucoup de mecs n’osent pas l’avouer, mais la pénétration n’est pas leur pratique favorite. Loin de là. Une bonne fellation et ton mec sera ravi bien plus que si tu faisais l’amazone sur son chibre en ondulant le bassin comme une danseuse de mapouka. C’est d’ailleurs mon cas.

Pour la rencontre IRL, j’ai une éthique. Ce sera non, désolé.

Se gratter les couilles, pourquoi ?

Voici un sujet épileux (ça commence fort). Dégueulasse pour certaines, agréable pour ceux qui en profitent, se gratter les couilles reste en public une pratique à prohiber. Ce n’est pas poli de se toucher les parties devant des gens, un point c’est tout. Et même s’il ne s’agit que d’un nécessaire replacement de l’appareil génital dans un sous-vêtement trop lâche. Croyez-moi, la sensation d’un gland (quel qu’il soit) contre sa cuisse n’a rien de plaisant durant la marche.

Scratching Balls

Mis à part cette confusion avec le réajustement, la gratouille répond à une gêne. À la base de la queue, au niveau des poils, la sueur s’accumule et la démangeaison en résulte. Sans parler de mycoses, de morpions ou d’une maladie de peau, le prurit (dans le sens d’un désir irrépressible de se gratter) est tout à fait normal. Ne flippez pas en voguant sur ces forums santé qui filent l’angoisse au moins hypocondriaque d’entre nous.

Sur la zone du scrotum, ce sac de peau contenant les testicules, le grattage peut revêtir plusieurs significations. Tout d’abord, une réelle démangeaison est possible, due au frottement, à la transpiration, etc. Ensuite, la main qui glisse dans le slip peut n’avoir d’autre but que d’imprégner les doigts de l’odeur rassurante du sexe. C’est mal vu, mais il me plaît de sentir l’odeur que sent ma douce amie. Et, vous les filles, ne faites pas les hypocrites, vous êtes nombreuses à renifler vos doigts quand ils sortent de votre culotte. On vous voit ! Enfin, ce sera le dernier point, les démangeaisons n’ont aucune raison valable.

Cas typique de réajustement

Cas typique de réajustement

Pris d’une impérieuse envie bien mystérieuse, je me gratte, par période, les noix jusqu’au sang. La dernière fois remonte à plusieurs années, mais cela m’arrivait souvent à l’époque. Le matin et le soir sont propices à ce type de grattage. Une gratouille-sensation. Au début exquis, le prurit s’amplifie pour flirter avec la douleur. Cette fine frontière, le gratteur regrette de l’avoir franchie après la séance, car la sensibilité testiculaire devient vite un problème dans la vie d’un homme actif.

Lisez le témoignage de la femme de Gérard :
couille

Rassurez-vous, je n’atteignais pas ces extrémités, mais ce type de démangeaison parle à un grand nombre d’hommes. Alors, ne jugez pas trop vite un homme qui se gratte les couilles, s’il vous plaît. Il peut ne pas savoir lui-même pourquoi il fait ça.

Pourquoi un autre blog sexo ?

J’ai entamé la trentaine. Il fut un temps sur Internet, où le blog était roi. Chaque nouveau blog se voyait justifier, par son auteur, d’un article motivant cette ouverture. Le marronnier du blogueur. Je ne déroge pas à cette tradition, peu importe si c’est old.

Pourquoi un autre blog sexo ?

La réponse est simple. Au sujet du sexo, il n’y a rien pour les mecs. J’avoue ne pas avoir beaucoup cherché. La lecture intermittente de Maïa Mazaurette me suffit. Elle a mérité son statut de référence et malgré les critiques, elle le reste.

Des nanas qui parlent de cul, c’est devenu la norme. Quand un mec a un avis sur la façon de faire l’amour, l’orgasme ou les godemichets, c’est un blaireau, un gros balourd. Je dis non, bon sang de bois ! Tout un tas de concept allant du twitto fragile au bâtard sensible ont émergé pour l’affirmer : nous ne sommes pas tous des queutards sans soif, brandissant l’étendard à la seule vue du jupon. Nos yeux brillent seulement d’amour pour ce jeu de dupe.

Super balourd

Super balourd

Ici présentées, mes intentions sont nobles, triviales certes, mais nourries par la volonté de tenir des propos réfléchis et positifs sur le sexe, sa culture, le porno, sa culture. Pour éviter les écueils rencontrés par des blogueurs renommés, je parlerai, autant que faire se peut, de mes propres expériences et sentiments. La généralisation ne passera pas par moi (tout en sachant que cette résolution s’évaporera dans trois articles).

Allez zou ! C’est parti pour la gloire, le sexo, les filles et les clics.