Boulangerie érotique

Boulanger d’internet, je me lève à pas d’heure pour préparer la pâte des tweets qu’on utilisera dans la journée. Parfois, il m’arrive de m’endormir dans le pétrin et je me réveille ensuqué par la moiteur de certaines vidéos venues de l’Est. Je tarde alors à ouvrir le magasin pour les distribuer aux bonnes gens, histoire de finir ce que j’avais commencé. Voilà pourquoi, je balance toujours mes liens trop tard sur Twitter.

Le pâtissier Roman Suharevskiy n’a pas participé au Meilleur pâtissier de France, vu qu’il vit en Sibérie, à Novosibirsk (la ville des twerkeuses de l’Ob). Pour cette épreuve libre, il est parti sur un croquant-craquant sensuel et élégant avec beaucoup de coulis. La source lumineuse est unique, comme le style, on caresse alors l’idée qu’il existe au-delà de l’Oural un paradis protégé où les créatures les plus douces se laissent approcher si on porte un EOS en bandoulière.

La femme du boulanger s’ennuie, mariée trop jeune, elle se retrouve à me réveiller à 4 heures du matin. Je maugrée, puis me lève sans un câlin, une attention qui la ferait m’aimer un peu plus. Pendant que je pèse les levures pour les bâtards, elle se recouche ma douce et rêve à un berger, jeune et mieux formé, qui lui fera vivre la passion et l’amour dans les marais. Elle est belle la femme du boulanger sous sa moustiquaire, j’aurais dû lui murmurer cet agaçant bourdonnement plus souvent, celui du mari épris.

Une boulangerie vient d’ouvrir, elle propose du pain bio, avec des bons grains d’une minoterie artisanale. Les clients sont de plus en plus nombreux et pour les avoir goûtés dès le début, les produits qui sortent du fournil gagnent en qualité à chaque fois. Les 3 minutes du dernier Lucie Blush sont comme croquer le quignon en rentrant chez soi, il faut se contrôler pour ne pas tout finir avant d’arriver.

Dans la boulange, les industriels font du pain triste, de la baguette molle qui rend malheureux quand on en fait des tartines pour le petit-déjeuner. Certains, comme Paul, proposent pourtant une belle mâche et de la mie câline. Mais il y a les autres, ceux qui ont les mêmes fournisseurs et qui se débrouillent pour sortir du pain qui finira dans une mare pour les canards ou sur un balcon pour les pigeons. C’est le cas de ce pauvre Jan, jolie fille, chouette musique, bon matos et au final, on se retrouve avec du vulgos sans intérêt et mal monté.

Autre cas, les maîtres-artisans, les meilleurs ouvriers, au détour d’une tentative d’innovation, se plantent et amènent en rayon une miche à l’encre de seiche complètement ratée, sans goût, trop aérée et qui transpire. Saïd Energizer vient de nous faire une débandade qui mériterait qu’on lui retire le beau col tricolore de sa blouse blanche. Il se repose trop sur ses acquis et le produit fini ne vaut pas grand-chose. C’est aussi le danger d’adapter son travail pour les grandes enseignes.

2 réflexions sur “Boulangerie érotique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s