Pourquoi un autre blog sexo ?

J’ai entamé la trentaine. Il fut un temps sur Internet, où le blog était roi. Chaque nouveau blog se voyait justifier, par son auteur, d’un article motivant cette ouverture. Le marronnier du blogueur. Je ne déroge pas à cette tradition, peu importe si c’est old.

Pourquoi un autre blog sexo ?

La réponse est simple. Au sujet du sexo, il n’y a rien pour les mecs. J’avoue ne pas avoir beaucoup cherché. La lecture intermittente de Maïa Mazaurette me suffit. Elle a mérité son statut de référence et malgré les critiques, elle le reste.

Des nanas qui parlent de cul, c’est devenu la norme. Quand un mec a un avis sur la façon de faire l’amour, l’orgasme ou les godemichets, c’est un blaireau, un gros balourd. Je dis non, bon sang de bois ! Tout un tas de concept allant du twitto fragile au bâtard sensible ont émergé pour l’affirmer : nous ne sommes pas tous des queutards sans soif, brandissant l’étendard à la seule vue du jupon. Nos yeux brillent seulement d’amour pour ce jeu de dupe.

Super balourd

Super balourd

Ici présentées, mes intentions sont nobles, triviales certes, mais nourries par la volonté de tenir des propos réfléchis et positifs sur le sexe, sa culture, le porno, sa culture. Pour éviter les écueils rencontrés par des blogueurs renommés, je parlerai, autant que faire se peut, de mes propres expériences et sentiments. La généralisation ne passera pas par moi (tout en sachant que cette résolution s’évaporera dans trois articles).

Allez zou ! C’est parti pour la gloire, le sexo, les filles et les clics.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s